Sebastien Faure, “The Revolt” (1886)

La Révolte

Nous sommes les persécutés
De tous les temps et de toutes les races
Toujours nous fumes exploités
Par les tyrans et les rapaces
Mais nous ne voulons plus fléchir
Sous le joug qui courba nos pères
Car nous voulons nous affranchir
De ceux qui causent nos misères

Refrain :

Église, Parlement,
Capitalisme, État, Magistrature
Patrons et Gouvernants,
Libérons-nous de cette pourriture
Pressant est notre appel,
Donnons l’assaut au monde autoritaire
Et d’un cœur fraternel
Nous réaliserons l’idéal libertaire

Ouvrier ou bien paysan
Travailleur de la terre ou de l’usine
Nous sommes dès nos jeunes ans
Réduits aux labeurs qui nous minent
D’un bout du monde à l’autre bout
C’est nous qui créons l’abondance
C’est nous tous qui produisons tout
Et nous vivons dans l’indigence

Refrain

L’État nous écrase d’impôts
Il faut payer ses juges, sa flicaille
Et si nous protestons trop haut
Au nom de l’ordre on nous mitraille
Les maîtres ont changé cent fois
C’est le jeu de la politique
Quels que soient ceux qui font les lois
C’est bien toujours la même clique

Refrain

L’engrenage encor va nous tordre :
Le capital est triomphant ;
La mitrailleuse fait de l’ordre
En hachant la femme et l’enfant.
L’Usure folle en ses colères
Sur nos cadavres calcinés
Soude à la grève des Salaires
La grève des assassinés.

Refrain

Pour défendre les intérêts
Des flibustiers de la grande industrie
On nous ordonne d’être prêts
Á mourir pour notre patrie
Nous ne possédons rien de rien
Nous avons horreur de la guerre
Voleurs, défendez votre bien
Ce n’est pas à nous de le faire

Refrain

The Revolt

We are the persecuted
Of all times and all races
Always we have been exploited
By the tyrants and predators
But we no longer want to bend
Under the yoke which yoked our fathers
For we want to free ourselves
From those who cause our miseries

Chorus:

Church, Parliament,
Capitalism, State, Magistracy
Bosses and Governors,
Let us free ourselves of that rot
Our appeal is urgent,
Let’s launch an attack on the authoritarian world
And with a fraternal heart
We will realize the libertarian idea

Worker or good peasant
Laborer in the earth or the factory
We are from a young age
Reduced to labors that wear us down
From one end of the world to the other
It is we who create the abundance
It is we who produce all
And we live in indigence

Chorus

The State crushes us with taxes
We must pay its judges, its cops
And if we protest too loudly
In the name of order, they shoot us down
The masters have changed a hundred times
It is the game of politics
Whoever it is that makes the laws
It is always the same clique

Chorus

The gears still wring us:
Capital is triumphant ;
The machine-gun creates order
By chopping down the woman and child.
Usury, mad in its anger
On our charred corpses
Unites with the strike for wages
The strike of the murdered.

Chorus

To defend the interests
Of the pirates of big business
We are ordered to be ready
To die for our country
We possess nothing at all
We cannot stand war
Thieves, defend your own goods
It is not up to us to do it

Chorus

Literal translation by Shawn P. Wilbur